ACCUEIL

Bienvenue dans mon site

Il touche un peu à tout, tout se mélange un peu !  je veux  qu’ il soit divers et varié … sans le charger,  donc bonne visite ! et ne pas hésiter à cliquer sur tout  dans la partie à votre droite ! et aussi sur les titres de certains  articles, une autre page plus jolie et plus complète apparaîtra !  et surtout en allant aux  » Mots clés  »  puis  les articles,  les pages, archives  !  etc. . .

 Merci de votre visite.

Publié dans Accueil

Printemps

cliquez sur la photoprintemps

 Lorsque les premiers  beaux jours arrivent 

«  L’aubépine fleurit 

Les frêles pâquerettes, pour fêter le printemps, ont mis leurs collerettes.
La pâle violette, en son réduit obscur, timide, essaie au jour son doux regard d’azur 

Et le gai bouton d’or, lumineuse parcelle, pique le gazon vert de sa jaune étincelle 

Le muguet tout joyeux agite ses grelots

Et les sureaux sont blancs des bouquets frais éclos

Les fossés ont des fleurs à remplir vingt corbeilles

A rendre riche en miel tout un peuple d’abeilles  » 

                                                           Théophile Gautier

Image | Publié le par | Laisser un commentaire

Vatican II : « Tel un verre d’eau quand on a soif » Augustin Lebreton –

Le père Augustin Lebreton s'occupe aujourd'hui de « Arts, culture et Foi »,une association placée sous l'égide du diocèse de Nantes.

 

 

Notre ami Augustin,  nous a quitté … Hommage

Je reprends ce témoignage paru dans Ouest-France en 2013

Au moment du concile Vatican II, en 1962, Augustin Lebreton est prêtre à la paroisse de Trignac

avant d’être nommé dans des paroisses de Nantes, toujours dans des quartiers populaires.

Témoignage

« Le concile Vatican II ? Pour nous, cela a été comme un grand verre d’eau fraîche quand on a grand soif. » En 1962, Augustin Lebreton avait 32 ans et il était vicaire à Trignac, « la banlieue rouge de Saint-Nazaire ». « On était en attente. Et le concile, on le vivait avant l’heure, à la base. » Le jeune prêtre s’occupait de la JOC, Jeunesse Ouvrière Chrétienne, et était très présent dans la vie ouvrière. Il était au milieu des ouvriers, y compris dans les manifs…

« L’Église apparaît trop souvent comme une forteresse détenant la vérité, ou encore du riche, du pouvoir. Au contraire, elle est au service du monde, des sans-logis, des sans papiers. Et elle ne détient pas la vérité. Elle est au service de celui qui est la vérité, Jésus-Christ, celui qui est Amour. ».

Augustin Lebreton a le franc-parler d’un homme qui s’est engagé sans arrière-pensée. Toujours dans des communes ou des quartiers populaires. Il a été prêtre-ouvrier, et a servi dans plusieurs paroisses, à Trignac donc, puis à Nantes, dans les quartiers de la Bottière-Pin-Sec et surtout de Bellevue où il a marqué les esprits seize années durant. Il a aussi été prêtre à la paroisse de la Chabossière à Couëron.

En 1962, le concile Vatican II lui est apparu comme un « grand vent de liberté ». Bref, à ses yeux, cela a bien apporté « de l’air » à l’Église, comme le souhaitait le pape Jean XXIII, l’initiateur. Et il l’a vécu comme « une grande joie » !

On a tombé la soutane

Un changement visible a concerné la célébration liturgique : le prêtre ne célébrait plus la messe le dos tourné aux fidèles mais face à eux.

L’autre signe concret est vestimentaire. « On a tombé la soutane. En fait, je l’avais déjà fait quand j’ai été appelé sous les drapeaux pendant la guerre d’Algérie, à Constantine. Pour moi, ce signe extérieur nous coupait du monde alors que nous voulions être au milieu du monde. » « Nous sommes au service de l’homme par le moyen de l’Église et non au service de l’Église », poursuit Augustin Lebreton. Issu d’une famille d’agriculteurs, le curé a écouté « a accompagné les gens dans leur cheminement. Dans leur vie quotidienne. Dans toutes les situations. Sans faire de prosélytisme J’ai horreur de cela. Je ne parle de Dieu que si on m’en parle et si on me pose des questions. On n’a pas à imposer la foi à qui que ce soit. »

Ce quotidien, il l’a transposé dans des poèmes plein de vie, simples et qui lui ressemblent. Il y parle de tout. De la naissance, du mariage. De la liturgie. Des souffrances. Des espérances. De L’amour aussi. « Quand on aime les gens comme ils sont, on ne peut être qu’heureux. »

Aujourd’hui, à 82 ans, il continue de servir dans l’esprit de Vatican II, en s’occupant (avec notamment, René Martin, le fondateur des Folles journées), de « Arts, culture et foi ». L’association placée sous l’égide du diocèse de Nantes, crée des manifestations culturelles«

qui permettent à l’homme de se réaliser dans toutes ses dimensions : personnelle, sociale et spirituelle ».

 

 page suivante

Aimer Dieu c’est aimer l’homme

Publié dans Augustin Lebreton, Hommage, Religion, Témoignage | Tagué | Laisser un commentaire

Bonne et Heureuse année 2016

2016 bonne année

Vidéo | Publié le par | 1 commentaire

Noël 2015 « Clin d’œil à Malika »

joyeux-noel-2009 de Malika de ben s' rour

Coucou Malika !

Publié dans Clin d'oeil, Partage | Tagué , , | Laisser un commentaire

2015 – Corbera et ses traditions espagnoles

Belle jeunesse de Corbera d’Ebre

Traditions d'Espagne. Ici à Corbera

Cette jeunesse Espagnole élue sera de toutes les manifestations de Corbera
et c’est très beau !
Publié dans Corbera, Espagne | Laisser un commentaire

Dans la lumière d’ un champ de colza !

2015 – .Le jaune lumineux envahit notre campagne  !

et petit retour sur la page de 2012 !

                                                                                                                      ( Cliquer sur les  photos ) 

Publié dans Campagne, Clin d'oeil, Famille, nature, Saisons | Laisser un commentaire

2015 – Hommage à eux ….

Image du Blog mespetitspapiers.centerblog.net 2015 accident d' avion et champions 8 mars 2015 – Ce dimanche après-midi j’ai regardé Pierre Bachelet sur France 2 pour l’hommage des 10 ans de sa mort : 2005 / 2015 et  se terminant avec la chanson avec  Flo – et lundi on apprend l’accident de toute l’équipe et Flo …encore une  catastrophe ! Ma pensée  va vers eux et leur famille ! 

Cette chanson que je n’ai jamais oubliée,  j’adorais Pierre Bachelet, sa mort m’a marquée comme celle de Florence Arthaud aujourd’hui.

Juste avant de rempor­ter la Route du Rhum en 1990, Florence Arthaud s’est essayée à la chan­son. Elle a inter­prété trois titres en duo avec Pierre Bache­let, dont l’inou­bliable Flo. .

Publié dans Hommage | Laisser un commentaire